L’usine BOSCH de Rodez est-elle menacée ?

mardi 19 septembre 2017
par  Marsanay
popularité : 3%

Nous avons interrogé Yannick ANGLAISE,secrétaire du Syndicat CGT Bosch Rodez, sur la situation de l’usine Bosch le plus gros employeur privé de l’Aveyron.
Il est également élu CHSCT CGT Bosch Rodez et DS/CGT.
L’activité de l’usine est essentiellement consacrée à la fabrication d ’injecteurs pour moteur dièsel, un mode de motorisation qui n’est plus dans l’air du temps.

1-Pourrais-tu commencer par présenter l’usine Bosch de Rodez, nombre de salariés et évolution des effectifs. Que fabrique-t-on dans cette usine ? Quels sont les syndicats présents, les rapports de force et la nature des relations.
L’usine Bosch est le plus grand employeur privé du département de l’Aveyron avec ses 1584 salariés Cdi.Notre usine travaille uniquement pour des composants de la motorisation Dièsel. Nous fabriquons des buses d’injection, des bougies de préchauffage et des injecteurs Common rail correspondant aux normes euros 5.La fabrication des injecteurs correspond à 60% du Chiffre d’affaire de l’usine et notre principal client dans ce produit est Renault avec près de 80% des volumes produits, les autres 20% sont pour BMW. Sur notre site 4 Organisations sont représentatives, CFE-CGC,CFDT,SUD et CGT au niveau Usine le syndicat SUD est majoritaire avec 39.42%, CGT 32.54%, CGC 14.56%,CFDT 11.95% . au niveau du groupe la représentativité est totalement différente CFDT 24.92%,CFE-CGC 24.5 %,CGT 21.26%,SUD 19.12% , FO et CFTC ne sont pas représentatif. Mais paradoxe de la chose une alliance FO et CFE6CGC a permis de donner le poste de secrétaire du CCE a FO. Sur Rodez pour les questions relatives à l’emploi et l’avenir du site une intersyndicale c’est formée avec les 4 syndicats représentatifs et ce malgré des élections professionnelles programmées initialement au 16 Novembre . La Direction aurait l’intention de reporter unilatéralement la date des élection pour attendre les ordonnances Macron. Mais la CGT a interpellé ses juristes car actuellement le code du travail ne permet pas cette décision unilatérale de l’employeur. En l’état actuel des choses la direction joue la montre et espère la publication des ordonnances avant la fin septembre . A suivre
Photo La Dépêche

2-Quand on est une grande usine, la plus grande du département,est-ce qu’on a une « responsabilité » dans les mobilisations sociales, celles contre les lois travail, par exemple  ?

Pour la manifestation du 12 le rassemblement étant par UL , la CGT Bosch avait appelé à un arrêt de travail du temps de la manif.

Pour le 21 le rassemblement Départemental nous appelons donc à 24h de grève, avec dès le milieu de la matinée un appel pour les salariés pour une opération escargot au départ de l’usine et afin de se rendre au Casse-croûte des fainéants organisé par l’UD en amont de la manif de 14h30 (voir tract d’appel des 12 et 21 ci-joints)

3-Quelques médias et la Tribune de Toulouse en particulier : « Huit mois pour sauver l’usine Bosch de Rodez », ne donnent pas cher de l’avenir de l’usine, toi-même tu évoques la fermeture de l’usine comme une possibilité.
Quelle est la situation économique de l’usine ? Que faut-il comprendre dans le non investissement des 15 M d’euros ? Est-ce que Bosch a empoché l’argent du CICE et qu’en ont il fait ?
lire ici
La norme Euro 5 devenant obsolète Bosch a annoncé qu’en 2020 plus aucun injecteur de cette génération ne serait fabriquer en Europe de l’ouest. Rodez actuellement ne fabrique que des injecteurs Euros 5. Fin 2015 Bosch avait annoncé pour mi 2017 un investissement de 17 Millions d’€ afin de retrofiter les 2 lignes de montage d’injecteurs afin que ceux-ci puissent produire des injecteurs de nouvelles génération correspondant à la norme euros 6 . Au mois d’avril 2017 la Direction de la Division Diésel de Bosch annoncé le gel de cet investissement en disant « nous attendons d’avoir plus de clarté du marché ». Mi-2017 lors de la présentation du Buisiness Plan il nous est apparu que les quantités d’injecteurs à produire à Rodez en 2020 correspondait a la capacité d’une seule ligne soit 350 emplois de supprimés ce que la Direction a confirmé en CE. Par contre si Bosch décidait de ne pas réaliser cet investissement ce serait l’ensemble des 1584 emplois qui seraient menacés.

4-L’usine de Rodez fabrique pour l’essentiel des pièces (injecteurs), pour moteur diésel. Tu évoques les injecteurs diésels de deuxième génération plus performants en termes de pollution que les moteurs à essence. Cela ne se sait pas, n’est-ce pas la conséquence tout d’abord du dièselgate ? Mais plus profondément ne sommes-nous nous pas devant un projet plus radical visant à en finir avec le diésel ?
En effet on sent comme une volonté Politique et Médiatique de salir coûte que coûte la motorisation Dièsel, Ce qu’oublie de dire les médias c’est que sur une automobile 41% des particules fines sont le fruit des Pneus, abrasion de la route et usure des plaquettes de freins. Un véhicule diésel, produit de nos jours ,est 600 fois moins polluant qu’un véhicule des années 90. Pour nous le 1er souci c’est plutôt un problème de pouvoir d’achat car si les usagers roulent dans des véhicules polluants c’est qu’ils n’ont pas les moyens de se payer un véhicule de dernière génération. Car qui ne rêve pas de rouler dans un véhicule de dernier cri. Aujourd’hui la coalition médiaticopolitique s’attaque au Diésel mais demain c’est le véhicule essence qui sera la cible de leurs attaques
photo La Dépêche.

5-Personne ne parle de ces injecteurs 2ième génération, donc parlons en. Sans rentrer dans des détails trop techniques, pourquoi seraient-ils responsables d’une émission de particules plus faible que celle d’un moteur essence ?
Si nous sommes devant une réussite technique pourquoi les patrons ne l’exploitent ils pas ? Avez-vous imaginé de faire vous mêmes des démonstrations ?

La démonstration a été faite, maintenant c’est aux constructeurs de réaliser leur mutation technologique. Nous nous ne sommes pas des VRP de Bosch ou du Diésel le seul combat qui nous intéresse c’est le combat de l’emploi et de l’avenir du site

6-Si la production d’injecteurs devait cesser progressivement ou brutalement, quel type de reconversion serait possible ? Que t’inspire le comité stratégique pour la filière automobile dont parle la présidente de la région pour travailler sur le véhicule du futur en faisant référence à l’Allemagne (peut-être pas la bonne direction aujourd’hui) et à l’aéronautique ?
La CGT Bosch avec le Président du CESER Jl Chauzy ont été les 1er porteurs de l’idée de réunir le comité stratégique de filière, car aujourd’hui il n’y pas que la filière dièsel qui est en souffrance mais l’ensemble de la filière auto en France en effet qui ignore le cas des GM et S et plus près de chez nous de SAM Technologie a Viviez (12). Pour nous les deux constructeurs français PSA et Renault sont les acteurs de cette casse industrielle et n’oublions pas que l’état en étant actionnaire de ces deux groupes a une large part de responsabilité.

7-Renault et PSA, maltraitent les sous-traitants c’est vrai pour Bosch (PSA) c’est vrai pour GM&S (l’usine de la Creuse) en préférant les achats low coast.
Quelle est votre revendication par rapport à cette situation ?

Nous demandons qu’a l’image de BMW et de l’Allemagne qu’un patriotisme industriel se mette en place. BMW exige que 40 ou 50% des composants de leur véhicule soient fabriqué en Bavière ou dans un 2ème temps en Allemagne . En France par exemple PSA dit à Bosch « je veux des injecteurs Bosch mais nous exigeons que ceux-ci soient fabriqués dans des pays low- coast ».

8-La SAM de Decazeville est elle aussi en difficulté, 130 emplois sont menacés et autant de postes d’intérimaires. Des initiatives communes Bosch, SAM et d’autres boîtes sont-elles prévues ?
Nous travaillons depuis de longues dates avec les camarades de SAM, la fédé CGT de la Métallurgie qui organise régulièrement des réunions d’échanges et de convergences des luttes avec tous les acteurs de la filière auto. La CGT Bosch a été aussi soutenir les camarades de GMS à la souterraine nous sommes en relation étroite avec les syndicat de CGT de Renault et PSA.
lire ici
lire ici