Cinéma-débat : " Les jours heureux "

dimanche 6 décembre 2015
par  Universite Populaire Toulouse
popularité : 3%

Mardi 16 Février au Bijou, 123 avenue de Muret, Toulouse.

à 9h séance scolaire, 1 euros la place, réservation au Bijou
à 14h séance scolaire, 1 euros la place, réservation au Bijou
à 21h ciné-débat en partenariat avec le comité de quartier de la Croix de Pierre et l’Université Populaire de Toulouse, entrée gratuite

Projet soutenu par le Bijou, le comité de quartier de la Croix de Pierre, l’Université Populaire de Toulouse et des citoyens anonymes.

Les jours heureux

Documentaire de Gilles Perret, produit par Fabrice Ferrari - France 2012– 1h37min 

A ce jour, plus de 60 000 spectateurs.
http://lesjoursheureux.net/le-film/

Quand l’utopie des Résistants devint réalité...

Entre mai 1943 et mars 1944, sur le territoire français encore occupé, seize hommes appartenant à tous les partis politiques, tous les syndicats et tous les mouvements de résistance vont changer durablement le visage de la France. Ils vont rédiger le programme du Conseil National de la Résistance intitulé magnifiquement : « Les jours heureux ».
Ce programme est encore au cœur du système social français puisqu’il a donné naissance à la sécurité sociale, aux retraites par répartition, aux comités d’entreprises, etc.

Ce film vise à retracer le parcours de ces lois, pour en réhabiliter l’origine qui a aujourd’hui sombré dans l’oubli. Raconter comment une utopie folle dans cette période sombre devint réalité à la Libération. Raconter comment ce programme est démantelé depuis, questionner la réalité sociale d’aujourd’hui, et voir comment les valeurs universelles portées par ce programme pourraient irriguer le monde demain.

C’est un film à voir, très propice aux questions, aux échanges, aux débats variés, à l’enseignement de l’Histoire, à la prise de conscience de notre privilège actuel lié à notre cadre de vie et d’expression... acquis à la sortie de la seconde guerre mondiale.
Prendre conscience de cette histoire, c’est aussi mieux occuper en ce moment ce cadre d’expression , mieux défendre notre modèle social... et donner de l’espoir.