Interview de Jean-Paul Damaggio

Alternative LGV Midi-Pyrénées
jeudi 25 juin 2015
par  Universite Populaire Toulouse
popularité : 6%

Les Amis du Monde Diplomatique et l’Université Populaire de Toulouse, après plusieurs échanges, ont décidé de relancer le collectif de défense des alternatives à la LGV. Une réunion a eu lieu le samedi 6 juin à Toulouse dans les locaux de la FSU avec diverses associations, Alternative LGV Midi Pyrénées, Actiber 65, les Amis de la Terre, des syndicalistes CGT- Sud.

Diverses initiatives ont été décidées lors de cette réunion : La publication d’un texte à faire circuler le plus massivement possibles dans les médias et les réseaux sociaux
la demande d’une entrevue à la région qui a eu le 23 juin à 9h. On trouvera l’interview de Jean Paul Damaggio rendant compte de l’entrevue avec Charles Marziani ci-dessous.

Word - 50.5 ko
Toulouse : De l’aéroport à la gare

Enfin la préparation d’une réunion/table ronde le 23 septembre salle du sénéchal Tous les acteurs de ce dossier seront présents. Enfin la séquence électorale qui va s’ouvrir sera propice aux questionnements des différents candidats de la nouvelle grande région.

Composition de la délégation :
Bruno Lecomte, association STRESS
Jean Pierre Laran, association ACTIVAL Traversée Centrale des Pyrénées.
Brigitte Ducloz, association TEG 82 Tous Ensemble pour les Gares du Tarn&Garonne.
Michel Matayron, Alternative LGV Midi Pyrénées.
Patrick Puech, Alternative LGV Midi Pyrénées
Jean Paul Damaggio, Alternative LGV Midi Pyrénées
Jean Pierre Crémoux, Les Amis du Monde Diplomatique

JPEG - 1.7 Mo
A écouter/télécharger
MP3 - 14.3 Mo
A écouter/télécharger

Dernière minute, Dans La Dépêche du 25 juin Pierre Laurent, secrétaire national du PC, répond à une question sur la LGV, voir article voir article et la réponse de Jean Paul Damaggio.


"À Toulouse où la privatisation de l’aéroport implique une explosion du trafic aérien, pensez-vous que la ligne à grande vitesse soit une alternative ?
Nous nous battons surtout pour que la ligne POLT (Paris-Orléans-Limoges-Toulouse) devienne une réalité afin de maintenir le maillage du territoire par le ferroviaire."
 
Son ami Charles Marziani a le mérite d’être plus clair : la LGV il l’a faut….
 
Il n’y a rien de pire que de prendre la tangente pour un dossier à 10 milliards.
Et qui plus, toute l’histoire du ferroviaire démontre que JAMAIS la SNCF n’accepte une ligne intercité concurrente à la LGV donc il est impossible de prôner la défense de la POLT sans rien dire de la LGV Bordeaux-Toulouse. Nous l’avons démontré cent fois, la commission d’enquête de l’EUP aussi, mais rien n’y fait. Tristesse ! Car suivant le principe du train, une telle opinion peut en cacher une autre : l’incapacité à proposer de vraies alternatives comme nous le faisons en appelant à la mise en valeur PARTOUT de l’existant ferroviaire. A suivre. JP Damaggio.