Entretien avec Guy Dayde

Gréve des traminots
mardi 9 juin 2015
par  Universite Populaire Toulouse
popularité : 14%

La grève des traminots est terminée. L’unité syndicale CGT-SUD-CFDT-FO
qui a rythmé ces 8 semaines de conflit a volé en éclat lors de la consultation des salariés sur les suites à donner au mouvement après les propositions de la direction ! Division d’une part, mais aussi probable scission, dans le syndicat majoritaire SUD.

Nous avons interrogé Guy DAYDE secrétaire de la CGT Traminots sur les différents évènements de fin du conflit.

1- Peux tu nous dresser un tableau en comparant ce qui était revendiqué ce qui a été obtenu ?

Nous sommes loin des 3% et du cahier revendicatif unitaire mais après avoir constaté l’implication seule des ouvriers/employé (Conducteurs bus/ tram et OP) l’objectif initial a été détourné vers des revendications catégorielles. Il a été proposé dans le protocole de fin de conflit d’ouvrir les négo en décembre 2015 sur les bas coefficients, une revalorisation de la prime samedi pour les conducteurs et la prime d’outillage pour les services techniques, la mise en place d’un accord d’intéressement, le paiement d’une indemnité pour des équipes à coupures les weekends et jours fériés, la levée de toutes sanctions disciplinaires à l’encontre des grévistes , le maintien des usages syndicaux….

2 - Le soutien interprofessionnel n’est il pas venu trop tard ?

Non car la Cgt proposait depuis quelques semaines à l’intersyndicale de « sortir » de l’entreprise et d’interpeller les élus mais cela fut difficile, certains considérant que nous faisions de la politique ????

3 - Une grève des transports peut devenir vite impopulaire. Celle la ne l’a pas été malgré les tentatives des anti grévistes de faire circuler des pétitions sur la toile. Ne faut-il réfléchir pour la prochaine grève à des formes de soutien impliquant salariés et usagers à la mobilisation

Aujourd’hui la pseudo crise touche de plein fouet le monde du travail et les usagers n’y échappent pas car la plupart souffrent des politiques d’austérité patronales et gouvernementales ainsi que des déserts syndicaux dans les entreprises qui les privent de droits et les empêchent de se mobiliser pour gagner de nouvelles conquêtes sociales. Il faut préciser également que la personne qui a monté ce collectif antigrève est venue sur un piquet de grève discuter avec les grévistes et les syndicats pour se forger une idée objective, loin de toutes manipulations et d’informations dirigées par la Direction et relayées par la presse…et qu’à l’issue de cette rencontre sa page facebook avait une toute autre teneur contre les grévistes.

4 - Le maire de Toulouse a gagné au moins sur un point la fermeté. , Va 
t’il y avoir maintenant une offensive contre les syndicats et le droit de grève à Tisséo

Non car la politique du maire de Toulouse reste la même depuis des années à savoir que les traminots seraient des enfants gâtés et les syndicats, plus particulièrement la CGT, le frein à leur politique d’austérité. Sur le droit de grève il ne pourra pas faire plus que Sarkozy sur la loi de 2007 sur le service minimum !!! A moins de réinstaurer le délit de coalition promulgué par Le Chapelier en 1791…mais le monde du travail est revenu deux siècles en arrière et dans la conjoncture nous ne sommes pas loin de se faire interdire le droit de grève ! Pour rappel en 1997, il était maire à l’époque et avait envoyé dés le 1er jour de grève les CRS en guise de dialogue social !

5 - Les salariés consultés par vote ont décidés après 8 semaines de mettre un terme au conflit. L’intersyndicale unie jusque là a semble t’il volé en éclat, le syndicat SUD a étalé ses problèmes internes via La Dépêche qui n’en demandait pas tant. Peux nous donner des éléments de compréhension de cette sortie de grève ?

Après 8 semaines et un certain essoufflement nous avons décidé en intersyndicale de consulter les salariés. A 65% ils ont décidé de suspendre le mouvement et de mandater l’intersyndicale de signer le protocole.
Ceux qui aujourd’hui ont décidé de commettre un déni de démocratie en ne respectant pas le résultat de cette consultation sont indignes des principes et des valeurs fondamentales du syndicalisme.
D’ailleurs, FO quitte l’intersyndicale le soir du dépouillement de la consultation, alors qu’ils étaient en intersyndicale pour effectuer la consultation des salariés…. S’ils n’étaient pas d’accord, ce que je peux comprendre, ils auraient dû le dire avant de débuter la consultation !?
Pour Sud c’est la même chose… à part qu’ils ont deux tendances en interne dont une à des fins personnelles.
Je déplore qu’ils étalent leurs problèmes dans la presse et regrette qu’ils ne soient pas suffisamment responsables pour régler leurs problèmes en interne.
Le monde ouvrier n’a pas besoin de cela, le syndicalisme encore moins d’autant que les dissidents de Sud monteraient un autre syndicat la FNCR…encore une division pour les ouvriers et une victoire pour les patrons.
A quand nous inspirerons nous de l’histoire sociale et syndicale en France et notamment du pourquoi, en 1895 les ouvriers avaient décidé de se regrouper pour créer UNE SEULE confédération, la CGT.
Depuis l’histoire nous rappelle que la division a toujours été synonyme de pertes et de remises en causes d’acquis sociaux pour les travailleurs.


Portfolio

JPEG - 1.2 Mo JPEG - 366.7 ko JPEG - 381.6 ko

Agenda

<<

2017

 

<<

Avril

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930