Rencontre avec l’observatoire des Pratiques policières

vendredi 22 juin 2018
par  Marsanay
popularité : 3%

Le 7 juin nous avons invité l’Observatoire des Pratiques Policières. Composé de la Ligue des Droits de l’Homme, de la Fondation Copernic, et du Syndicat des avocats de France,les observateurs/trices de l’OPP sont présent e s dans la plupart des manifestations ( vétu e s de gilets bleus et jaunes). Pascal Gassiot membre de la Fondation Copernic nous a retracé les origines de l’OPP, son fonctionnement son travail d’observation des pratiques policières durant les manifestations.
Ci dessous un point d’histoire qui va troubler ceux et celles qui ont grandi avec les exploits des 3 mousquetaires et bien entendu tous les gascons de gauche. D’Artagnan selon toute vraisemblance fut le premier gendarme mobile. Quelques photos qui retrace l’évolution des tenues et des armes.

Et si le premier des gendarmes mobiles, c’était d’Artagnan… !

Ça évoque quoi pour vous d’Artagnan ? La droiture, la fidélité, le panache, la ripaille et autres caractéristiques ?
Et bien non ! D’Artagnan, moins connu sous son vrai nom (Charles de Batz de Castelmore, né à Lupiac dans le Gers et mort, ça ne s’invente pas, à Maastricht en Hollande) est avant tout un Cadet de Gascogne.
Dans les grandes familles de Gascogne, c’était l’ainé qui héritait du titre et des biens. Le second, lui, était dirigé vers les ordres dans le secret espoir qu’il y fasse carrière en devenant évêque, ou encore mieux, cardinal ! Et le troisième de la fratrie ? Et bien, il lui restait comme privilège le « droit d’arme » (jusqu’à la Révolution, seuls les nobles avait le droit de porter les armes, entre autre pour la chasse) qu’il « vendait » pour subsister.
En 1642, d’Artagnan, Cadet de Gascogne, s’engage donc chez les cadets des Gardes-Françaises de Tréville ; puis il rejoint les mousquetaires du roi en 1644. Ces « fameux » mousquetaires, mis en valeur par Alexandre Dumas, seront très actifs durant la Fronde (période de révoltes face à l’autorité monarchique) durant laquelle ils furent largement sur le terrain à combattre les révoltés.
De là à dire que les mousquetaires et par là même le plus célèbre d’entre eux, sont les ancêtres des gendarmes mobiles, il n’y a qu’un pas que nous pouvons franchir avec un sourire en coin.
Et maintenant, quand vous serez face à face avec un gendarme mobile durant une manifestation, vous pourrez lui parler de ses ancêtres ; et lui faire remarquer que question panache et ripaille, il y a des progrès à faire…

JPEG - 13.8 ko

Il y a 50 ans en juin 1968,la jeunesse écoutait le Rollings Stones, les Kings...et bien d’autres

Vers la création d’un observatoire des pratiques policières ?
Un observatoire pour comprendre les dérapages avec la police
L’observatoire des pratiques policières dénonce des dispositifs disproportionnés