Conference-débat : " L’envers de Flins "

mardi 16 janvier 2018
par  Universite Populaire Toulouse
popularité : 3%

L’Université Populaire de Toulouse invite Fabienne Lauret le mardi 13 mars à 20H30 au Bijou, 123 avenue de Muret, Toulouse.

Une féministe révolutionnaire à l’atelier.

Le 3 mai 1972, Fabienne Lauret est embauchée à l’atelier couture de Renault-Flins. Issue de la génération de Mai 68, membre du groupe Révolution !, elle est une établie, comme on appelle ces jeunes militant·es qui entraient en usine pour changer le monde. Elle y restera plus de trente-six ans.
Loin des clichés habituels, elle nous raconte la condition ouvrière moderne, la souffrance au travail, l’exploitation quotidienne.
Féministe, elle est plus particulièrement sensible à la condition des ouvrières et au sexisme dont elles sont victimes, tant de la part de leurs collègues ouvriers que de la direction patronale. La bataille qu’elle mène avec détermination est longue, rude et exige une infinie patience.

JPEG - 509 ko

Militante CFDT, puis déléguée syndicale, elle anime ses premières grèves. Indissociables de son parcours professionnel, ses activités syndicales nous plongent au cœur des fortes luttes sociales qui ont secoué l’usine de Flins.
Élue au comité d’entreprise, puis salariée de celui-ci, elle participe au développement d’une autre conception de cette institution sociale, qui heurte les conservatismes de la direction syndicale qui succède à la CFDT et qui utilise contre elle les méthodes patronales les plus éculées.

L’Envers de Flins, parcours de vie, parcours de lutte, est aussi le témoignage vivant et fort d’une féministe ouvrière qui n’a jamais renoncé à transformer le monde.

Fabienne Lauret est née en 1950 à Boinville-en-Mantois (78), étudiante puis établie ouvrière mécanicienne à Renault-Flins, elle est ensuite bibliothécaire et animatrice du comité d’entreprise. Militante CFDT (1973-2008), elle a été membre du groupe Révolution ! devenu Organisation communiste des travailleurs (1972-1979), puis du Nouveau Parti anticapitaliste.
Aujourd’hui retraitée, elle vie dans les Yvelines et est militante associative à Attac, féministe et altermondialiste.