Pourquoi c’est un accident chimique qui est à l’origine de l’explosion de l’usine AZF

mercredi 4 janvier 2012
popularité : 3%

Conférence-débat le 18 janvier au Bijou, 123 avenue de Muret avec Jean-Francois Grelier.

Porte-parole du « Collectif des Sans-Fenêtres » dans l’après-explosion

Aujourd’hui Président de l’Association des Sinistrés du 21 septembre

Il faudrait quinze conférences pour faire le tour de la catastrophe AZF

Au delà de la souffrance des victimes, au delà des problèmes sociaux et politiques qu’elle a posés, la catastrophe AZF est aussi une formidable leçon de choses. Elle donne l’occasion de soulever un coin du voile qui cache d’habitude au commun des mortels les rouages du pouvoir.

Malgré de multiples entraves, l’enquête judiciaire nous apprend beaucoup de choses, et braque le projecteur sur le fonctionnement du groupe Total par sa déclinaison locale, l’usine AZF.

Ainsi l’enquête a montré qu’il y avait des manquements graves dans le stockage des ammonitrates déclassés, des défauts dans l’interdiction du croisement de produits incompatibles et des manquements à l’information des sociétés sous-traitantes et à la formation des personnels de ces sociétés. Elle donne tous les éléments pour condamner le groupe Total sur la situation au 20 septembre 2001, c’est-à-dire même si l’explosion n’avait pas eu lieu.

L’enquête scientifique a avancé lentement, elle a travaillé dans plusieurs domaines, et une explication convergente a progressivement émergé, pour devenir tout-à-fait convaincante parce que c’est une synthèse de toutes les informations.

Cela permet de conclure que Total est responsable et coupable dans tous les cas. Parce que la situation au 20 septembre 2001 rendait possible la catastrophe, et parce qu’il se trouve qu’en plus on a une explication très convaincante de l’enchainement causal à l’origine de la catastrophe …

L’objet de cette conférence est de présenter ce travail. Et ceci présente de nombreux intérêts :

  • D’abord il s’agit de contrer la propagande de Total qui inonde les médias avec « les zones d’ombre », voire « le mensonge d’état de l’enquête AZF ». Face à cette propagande, la meilleure réponse est de présenter une explication rationnelle, cohérente avec tout ce que l’on sait de l’usine AZF, qui montre que la catastrophe n’est que la cruelle conséquence d’un mode de gestion.
  • Incidemment cela permet de jeter une lumière crue sur le quotidien des ouvriers de l’usine AZF et des entreprises sous-traitantes. Et de rappeler quand même que le luxe insolent de quelques uns repose sur le travail obscur de millions de sans grades.
  • Présenter ce travail oblige aussi à évoquer les multiples entraves à l’enquête. Cela donne l’occasion de montrer la toute puissance du groupe Total, notamment comment il entend imposer sa loi aux différents services publics présents, qu’ils appartiennent à la police ou à la justice.
  • Il s’agit aussi enfin de vulgariser un travail de haute tenue scientifique, bien dans l’esprit de l’Université Populaire.
  • Et enfin c’est une façon d’introduire les éléments factuels nécessaires au débat qui ne manquera pas de conclure la soirée …

Documents joints

Diaporama AZF [power point]
Diaporama AZF [power point]