Les nouvelles figures de l’état, quelle alternative ?

jeudi 24 novembre 2011
par  Universite Populaire Toulouse
popularité : 6%

Conférence-débat le 23 novembre au Bijou, 123 avenue de Muret avec Louis-Marie Barnier.

Les nouvelles figures de l’Etat

Cette question de l’Etat revient sans cesse dans nos schémas de représentation de la vie sociale. La crise économique a évidemment été l’occasion de remettre ce débat au centre de la vie politique. Les banques interviennent et mettent les Etats à leur service. L’Etat présente aujourd’hui des visages éclatés. Le service public se trouve toujours plus attaqué, à travers les politiques de RGPP ou de remise en cause du statut des fonctionnaires. La solidarité portée auparavant par l’Etat se dilue dans la décentralisation, où les dispositifs invitent les collectivités à pratiquer le tri social tout en devenant organisme de contrôle. L’Etat répressif étend ses tentacules dans tous les secteurs de la vie sociale. Les associations, qui construisent un vaste champ à la périphérie du secteur marchand (13.9 millions de salariés) tout en suppléant à l’activité de l’Etat, sont sommées de s’y intégrer. Les Etats soumettent leurs capacités d’intervention à la construction européenne. Le néolibéralisme supprime peu à peu toute marges de liberté, « déqualifiant le politique ».

Nous voudrions cerner chacune de ces figures de l’Etat, afin de revenir ensuite à leur cohérence qui sera celle de la cohérence du néolibéralisme, et aux questions stratégiques que cela ouvre pour nous, militants antilibéraux engagés. Car nous demandons sans cesse un Etat qui garantisse des droits sociaux face à l’offensive libérale ; un Etat qui réglemente le travail face à la déréglementation de l’emploi ; un Etat qui veuille mettre au pas les logiques financières. C’est bien une « requalification du politique » que nous voulons, mais qui ne pourra se faire qu’en liant social et politique.

Louis-Marie Barnier, syndicaliste dans le transport aérien, sociologue du travail, participe au bureau de la Fondation Copernic. Il a participé à plusieurs Notes de la fondation Copernic, sur la santé au travail, la représentativité, la répression syndicale.