Conférence - débat : " Les luttes sociales à Toulouse, de Molex à Sanofi"

dimanche 8 septembre 2013
par  Universite Populaire Toulouse
popularité : 2%

L’université Populaire de Toulouse invite Guy Pavan, animateur de la lutte des Molex, le mardi 17 septembre au Bijou à 2030.

Les conflits sociaux généralisés de 1995, 2003, 2006 et 2010, ont été précédés ou suivis de luttes dures et longues dans un certain nombre de secteurs.

Citons pour mémoire le conflit des facteurs en 1993, la lutte des JOB, Molex, bien sûr, et aujourd’hui Sanofi.

Nous profitons de la publication aux éditions Le vent se lève* du livre « Conversation avec Guy PAVAN comment nous avons résisté à la multinationale Molex » pour débattre des luttes, des différences qui sont apparues au fil du temps sur l’utilisation de la grève, le recours à des formes plus radicales de luttes telles l’occupation de l’usine, la "séquestration",…Nous voulons aussi aborder l’importance qu’ont pris les batailles juridiques dans les conflits sociaux, les « nouvelles » méthodes du patronat, le rapport avec les politiques…le choix entre la bataille pour de fortes indemnités de licenciement et la lutte pour le maintien de l’emploi.

Comment nous avons résisté à la multinationale Molex

Conversation avec Guy Pavan

Octobre 2008 : Guy Pavan, délégué syndical aguerri, est ouvrier à l’usine de Villemur (Tarn et Garonne) de Molex, un gros équipementier automobile américain.

Lorsque la production commence à être délocalisée, les salariés décident de montrer qu’ils ne laisseront pas leur site mourir.
Guy Pavan imagine alors une action qui va forger leur unité : tous ensemble, deux cents salariés « neutralisent » un moule, leur outil de travail, pour empêcher son expédition vers la Slovaquie. Sans rien casser, sans violence, avec ingéniosité, ils résistent. Guy ira jusqu’à Chicago, au siège social de Molex, pour se faire l’écho de la colère des salariés de Villemur.

4 novembre 2010 : l’entreprise de Villemur est liquidée, alors qu’elle était rentable. Ses 279 salariés, licenciés, poursuivent aujourd’hui leur lutte devant les prud’hommes.

Modeste, combatif et lucide, Guy Pavan ouvre la voie à tous ceux qui agissent pour le respect du Travail et de ceux qui l’incarnent.